Vous voulez travailler dans le paramédical ? Il existe un métier qui n’est pas bien connu du grand public, mais qui peut vous intéresser : c’est celui de l’audioprothésiste. Mais que fait-il réellement ? Et quels sont les diplômes et formations pour accéder au métier ?

Mission de l’audioprothésiste

L’audioprothésiste est un travailleur libéral dans la majorité des cas. Néanmoins, certains sont des salariés dans des centres spécialisés. En effet, l’audioprothésiste ne peut agir sans prescription médicale. Son premier rôle consiste à évaluer la perte auditive du patient afin de déterminer le degré de surdité. Pour y arriver, il lui fait plusieurs tests… Une fois qu’il aura tous les résultats, il peut proposer à son patient la solution la plus apropriée tout en tenant en compte ses capacités financières.

Ensuite, après l’accord de ce dernier, il va prendre l’empreinte de l’oreille. Et son job ne s’arrête pas là. Il conçoit les embouts, pose, adapte et répare la prothèse en cas de besoin. De même, il assure également le suivi et le contrôle de l’efficacité de l’appareillage. Bref, il va faire le moulage, l’adaptation des embouts et les petits dépannages.

Enfin, il est chargé d’expliquer clairement au patient le fonctionnement, l’utilisation et l’entretien du matériel.

Remarque : L’audioprothésiste doit être enregistré au registre de commerce.

Formation et qualités pour devenir audioprothésiste

Pour devenir audioprothésiste, il faudrait être titulaire d’un diplôme d’État (DE) d’audioprothésiste. La formation dure 3 ans. Pour entrer dans l’établissement de formation, un Bac type S est exigé. Le concours d’entrée est très sélectif. De la sorte, il faudrait bien se préparer. Pour valider la formation, des stages en hôpital ou en cabinet privé sont indispensables.

En outre, le métier requiert une grande patience, un sens de l’écoute, un sens pédagogique, un sens de la communication, une grande précision et surtout de la technique.

Débouchés et évolution du métier

L’audioprothésiste peut s’associer avec d’autres professionnels de la santé pour agrandir facilement sa part de marché. C’est d’ailleurs une occasion en or qu’il doit exploiter pour se faire un nom rapidement dans le secteur.

Sinon, il peut aussi ouvrir son propre cabinet. Mais cette solution requiert un investissement assez conséquent. Si son projet est rentable, ce ne sera pas difficile de convaincre les organismes de financement… Bien sûr, si vous envisagez de travailler pour votre propre compte, vous devez trouver des moyens pour attirer les clients vers votre cabinet. Une bonne stratégie marketing vous permettra d’atteindre vos objectifs facilement. En tout cas, en début d’activité, vous pourrez gagner jusqu’à 2 200 euros.